Portraits

Fanny Moritz : conférencière et militante zéro déchet

Spécialiste du zéro déchet et adepte du “less is more”, Fanny Moritz en a fait aujourd’hui son métier et intervient régulièrement pour prêcher la bonne parole dans de grandes entreprises…

Ambassadrice emblématique du zéro déchet en France, Fanny Moritz, c’est un peu notre Béa Johnson à nous. Après une première expérience entrepreneuriale dans le zéro déchet, Fanny décide de se concentrer sur l’éducation et devient conférencière. Elle propose une vision positive et déculpabilisante du zéro déchet. C’est donc tout naturellement que nous avons voulu vous partager ses conseils !

Fanny Moritz - Interview Hello Néo

D’où t’es venu ton déclic pour le zéro déchet ?
Il y a 4 ans, j’ai lu un article où ils mentionnaient Béa Johnson et sa fameuse jar annuelle de déchets non recyclables. Lorsque j’ai vu l’image, cela m’a interloqué et choquée. Et j’ai fais l’amer conclusion que malgré mes “habitudes écolo” que mes parents m’avaient inculqué, j’étais toujours  à 3 poubelles par semaine à moi toute seule. Alors oui, c’était bien de faire attention à ne pas utiliser trop d’eau car c’est une ressource rare, de toujours penser à éteindre les lumières lorsqu’on quitte une pièce, ou encore de bien trier ses déchets, mais j’ai réalisé que cela n’était pas suffisant. C’est grâce à ce contre-coup que j’ai voulu aller plus loin dans ce challenge et vraiment réduire mes déchets, de façon concrète.

Que t’apporte le mode de vie zéro déchet au quotidien ?
Lorsque j’ai eu cette prise de conscience, j’ai tout d’abord changé de métier, en passant de développeuse web à fondatrice d’une boutique en ligne d’essentiels zéro déchet, ce qui m’a permis de me rapprocher de mes valeurs. Je voulais vraiment faire quelque chose qui avait du sens, où je me sentais utile. Cela m’apporte tous les jours une plus grande satisfaction. J’ai enfin trouvé mon ikigai !
Ensuite, ce nouveau style de vie m’a permis de me faire gagner beaucoup de temps. Au lieu de faire du shopping, de toujours dépenser plus, je me concentre à présent sur l’essentiel : prendre soin de moi et passer plus de temps avec ma famille, mes amis. Et lorsque je fais des achats, ce sont des achats raisonnés de produits que je vais affectionné tout particulièrement, qui, je sais vont durer. Du coup, je fais aussi beaucoup d’économies car j’ai appris à me satisfaire du minimum.

Tu as décidé de te lancer en tant que conférencière zéro déchet auprès d’entreprises, écoles, associations… Pourquoi as-tu fait ce choix ?
Se lancer n’est pas difficile. Si on fait les choses avec passion et qu’on a pas peur de sortir de sa zone de confort tout ira bien ! Évidemment, personne ne nait conférencier. Personne ne nait en ayant cette aisance de parler en publique, cela s’apprend. Personnellement, j’adore me surpasser, donc ça a été un beau challenge que d’apprendre à parler en public en voulant promouvoir un message si important et d’avoir autant d’impact.

Conférence Fanny Moritz - Hello Néo

Tu as beaucoup voyagé, notamment en Asie. Que t’ont apporté ces expériences ? Y-a t’il des différences sur le mode de vie zéro déchet ?
C’est en étant justement en Asie que j’ai réalisé à quel point nous avons de la chance en France d’avoir des magasins en vrac, des produits locaux, de saison, d’avoir autant d’applications qui nous aident à acheter/vendre facilement du seconde-main, de louer… Et la liste est longue ! Malheureusement, le.a français.es de base est râleur 🙂 Donc si je peux me permettre : Estimez-vous heureux d’avoir tout ça. Et s’il vous manque quelque chose dans votre quotidien, créé-le, soyez acteur du changement.

Ici en Asie, nous avions 4 gros magasins en vrac pour tout le pays, 98% des produits sont importés, la majorité des produits ne sont donc pas locaux, ni de saison… Alors oui c’est dur. Mais après, aucune excuses, on peut être zéro déchet dans une ville comme Hong Kong, mais on ne pourra jamais avoir de nourriture locale, bio, de saison, sans packaging. En tout cas pour l’instant cela n’est pas possible.

Une autre grande différence entre l’Asie et l’Europe, c’est le fait qu’ici, le changement est rapide. En quelques mois seulement, l’ensemble des chaines Starbucks et McDonald pour ne citer qu’elles ont supprimé définitivement leurs produits à usage unique, alors qu’en France cela fait des années que cela traine.

Quelle est selon toi, la clé du succès pour qu’une entreprise devienne zéro déchet ?
Pour qu’une entreprise soit zéro déchet, la plus chose la importante à mettre en place serait d’enlever tout ce qui est jetable : couverts, assiettes, pailles, touillettes, cups en plastiques mais aussi en papier (car oui c’est toujours du déchet). Remplacer l’ensemble de ces produits par des solutions réutilisables, en inox par exemple, avec installation d’un lave-vaisselle dans les locaux.

Ensuite il y a plein d’autres astuces que les entreprises peuvent mettre en place afin de réduire les déchets : Insérer une politique de “BYO” (Bring Your Own) en incitant les collaborateurs à ramener leurs propres contenants et tasses. Investir dans un composteur serait également préférable si la cantine est sur place. Mettre une imprimante tous les 2 ou 3 étages pour limiter les impressions inutiles, avec installation d’une boite à brouillons.

Si on veut aller plus loin dans la démarche, revoir l’ensemble des documents inclus dans le cloud, trier ses emails et éviter d’en envoyer trop fréquemment sont aussi des démarches importantes quand on sait que les serveurs requièrent énormément d’énergie pour fonctionner.

Un conseil pour se mettre au zéro déchet ?
Analysez votre poubelle ! Ce soir, dès que vous rentrez chez vous, prenez votre poubelle et mettez tous les déchets sur le sol. Regardez ce que vous jetez le plus :

  • Si ce sont des bouteilles d’eau, investissez dans un filtre à eau, des perles céramiques ou un filtre en charbon.
  • Si ce sont des déchets alimentaires, faites votre composteur, achetez-en un ou regardez s’il y a des composteurs publiques autour de vous.
  • Si ce sont des emballages alimentaires, commencer à faire vos courses dans des magasins en vrac.

Pour chaque produit jetable, il y a des solutions réutilisables ou DIY. Soyez créatif ! Enfin, ne pas oublier aussi que d’autres solutions existent pour réduire l’impact du changement climatique, en plus de la réduction des déchets : commencez une alimentation végétale, favorisez le seconde main, par exemple. 

Fanny Moritz - Hello Néo

Pour suivre Fanny et assister à ses conférences, rendez-vous sur
fannymoritz.com ou sur son Instagram

 

Découvrez également

Nos partenaires

5 gestes pour passer à un bureau zéro déchet

Réduire les déchets sur son lieu de travail ? Oui, c’est envisageable et on vous dit comment.

Lire la suite
Conseils

Le zéro déchet : qu’est-ce que c’est ?

Et non, le mode de vie zéro déchet ne signifie pas forcément s’exiler dans une forêt pour vivre d’amour, de racines et d’eau fraîche. Alors qu’est-ce que c’est et pourquoi il faut l’adopter ? On vous explique tout.

Lire la suite