Chroniques

Les Océans sans poiS(s)on : à quand un mode de vie zéro déchet ?

Voici comment simplement, et humblement, parvenir à des océans plus vivables !

Vous êtes français ?! Sachez que vous consommez en moyenne 360 kg de déchets ménagers par an soit 1kg par jour, environ. Ajoutez ce que vous jetez à la déchetterie, et vous atteignez 600 kg. En un jour, cela représente 17 000 tonnes de déchets qui vont directement dans les Océans. Inconcevable pour votre esprit ? Oui… Pourtant, cela a fortement participé à créer le 7ème continent au sein de l’Océan Pacifique Nord. Il équivaut à 6,2 fois la France et n’est formé que de plastiques (macro, micro, nano-plastique). Il s’agit plus d’une soupe de plastique, que d’un continent d’ailleurs. Une Plastiq-Soupe à emporter ça vous tente ? Et ce n’est pas la seule, il en existe d’autres au sein des plus grands gyres océaniques du Monde ! En tout, il y en a cinq qui représentent 5 000 milliards de débris plastiques ! Miam, miam ! Comment est-ce possible et d’où vient tout ce plastique ?

Plastique dans les océans

Bref état des lieux

Dans les océans, 70% des déchets retrouvés sont du plastique. Des déchets arrivent tout entier dans les cours d’eau, puis vont se fragmenter en tout petits morceaux, et formeront alors des microplastiques et des nanoplastiques ! Fragmentés, ils vont pouvoir poursuivre leur chemin dans toute la chaîne alimentaire des poissons, en entrant dans les tissus adipeux. Ces microplastiques ont plusieurs effets néfastes : ils contiennent des phtalates, et autres composés chimiques et étant hydrophobes, ils vont attirer vers eux des matières grasses type pétrole, qui seront relarguées dans les chairs après ingestion. Outre ces effets chimiques, ils peuvent aussi avoir une action mécanique directe en étouffant les espèces marines, par exemple. Pas joli, joli !

Mais ce plastique, d’où vient-il ?

L’utilisateur de la matière plastique, c’est-à-dire le consommateur final, est le vecteur de propagation des plastiques dans la nature ! Un petit peu comme avec un virus ! L’usage du plastique peut être unique ou réutilisable. Dans tous les cas, en fin de vie le plastique est jeté. Près de 80% du plastique retrouvé en mer provient de sources terrestres principalement des déchets ménagers, les 20% restant, de la pêche, de l’aquaculture, et du trafic maritime. Les plastiques ont une durée de dégradation monstrueusement longue. Prenez un sac plastique, comptez 1 seconde de fabrication, 20 min d’utilisation avant de passer à la poubelle, et c’est 100 ans pour se dégrader en pleine nature ! C’est énorme, oui.

La plupart des déchets plastiques retrouvés dans les mers ou océans, proviennent des emballages. Logique, puisque les emballages c’est le cœur de l’industrie plastique. En 2017 en Europe près de 40% du plastique brut est transformé en emballage ! Le restant, c’est pour l’industrie automobile, ou les matériaux de construction. Et tenez-vous bien, vous risquez de tomber ! Seulement 10 produits de la vie quotidienne à usage unique représentent 70% de tous les polluants rejetés en mer. Sur le podium, vous pouvez applaudir :

  • Les médaillés de bronze : emballages alimentaires, ou de snack, éléments de pêche comme corde et cordelettes.
  • Les médaillés d’argent : les sacs plastiques entiers ou fragmentés, les fragments de plastique ou de polystyrène.
  • Les médaillés d’or sous vos tonnerres d’applaudissement… : les mégots de cigarette, les bouteilles plastiques et leur formidable bouchon.

Rappelez-vous aussi que chaque objet fabriqué produit des déchets cachés. Ils correspondent à tout ce qui a été nécessaire à la production de l’objet de l’extraction de la matière première, à la fabrication et au transport etc… Pour vous donner une petite idée, une brosse à dent de 50gr produit 1,5 kg de déchets cachés. Une bouteille de jus d’orange, c’est 500 kg de déchets cachés, un ordinateur c’est 1,5 tonnes … « Oh my god », comme dirait l’autre. Trêve d’ironie… Comment fait-on pour résoudre cette affaire de plastique ?

L’importance du zéro déchet, une solution durable

Avez-vous une idée de l’évolution de la consommation de plastique ? En 1950, c’est 1,5 million de tonnes de plastique qui fut produit contre 360 millions de tonnes en 2018, soit 240 fois plus. Cette production s’est fortement accélérée depuis les années 2000 et seuls 10% de ces plastiques sont recyclés, 12% incinéré et 9% est recyclé… Tout le reste s’entasse dans des décharges, attendent patiemment dans la nature ou se mouvent dans les océans…

Nos modes de consommation et de production sont actuellement en cause. L’offre crée la demande et vice versa. Aujourd’hui les intérêts économiques prennent tant de place, qu’il en vient aux consommateurs de modifier la nature de la production.

Comment ? En adaptant son mode de vie à ses besoins, mais pas seulement. A ses valeurs aussi ! Le monde est imparfait. Le sauver semble impossible, mais l’améliorer oui !

Le mode de vie Zéro Déchet et la philosophie du moins mais mieux sont indispensables pour évoluer vers un monde plus sain. L’ingénierie doit aussi prendre un nouveau cap et poursuivre l’effort quant au développement de nouveaux matériaux, recyclables ou biodégradables. Le must-have du plastique est d’être biosourcé, c’est-à-dire produit à partir de matières végétales (il faut que ce soit produit de manière éco-responsable (bio, équitable etc), et biodégradable, c’est-à-dire qu’à la fin de sa vie, il puisse se dégrader par des procédés naturels sans impacter l’écosystème des océans. Le recyclage des déchets n’étant pas une solution durable à long terme. Le plastique n’est pas recyclable à l’infini et nécessite de produire du plastique à un moment donné. De plus, il ne permet pas la production d’une matière de qualité optimale.

Relocaliser ses achats, aller chez les petits producteurs, proposer vos propres emballages en alternatives du plastique, utiliser des produits réutilisables et lavables au quotidien doivent permettre de réduire sa consommation et sa production de déchets. Ces alternatives ne peuvent pas uniquement être proposées individuellement. C’est bien collectivement, que ces gestes auront du sens et pourront influencer les modes de productions plus responsables. Cette action est aussi incroyablement plus humaniste. Les liens interpersonnels se renforcent devant la défense d’une cause commune ! Alors, à vos kits zéro déchets !

Découvrez également

Chroniques

Ma boîte en plastique, moteur du réchauffement climatique

Le plastique ? On en parle toujours, mais, que sait-on vraiment du lui ? Quel est son impact ? Comment est-il fabriqué ? On vous dit tout !

Lire la suite
Portraits

Margot Guilbert : quand style et zéro déchet ne font qu’un

Rencontre avec Margot Guilbert, fondatrice du blog Bloomers.eco.

Lire la suite