Chroniques

Biodégradable vs compostable : quelles différences ?

Vous entendez un peu partout que votre emballage est biodégradable ou compostable ! Vous vous dites que c’est chouette car vous achetez du plastique qui n’aura aucun impact sur l’environnement ? Détrompez-vous, on fait le point.

Nous avons décidé de vous les présenter sous forme pyramidale du moins bénéfique écologiquement au plus avantageux ! Le plastique à l’état pur, ni recyclé, ni recyclable, est à fuir. Issu de l’industrie pétrochimique, les impacts environnementaux sont conséquents (on vous donne d’ailleurs un aperçu dans cet article).

Les types de plastiques

Différence entre biodégradation et compostage selon la norme française

Ces deux mots ont un sens bien défini et suivent la norme NF EN 13432. La biodégradation correspond à la conversion métabolique d’un produit composé de matière organique (c’est-à-dire contenant des molécules de carbone) en dioxyde de carbone, méthane, eau, et humus sous l’action des microorganismes (bactéries, algues, champignons). Cette production n’a aucun effet néfaste sur l’environnement. Cette décomposition permet aux produits transformés de devenir bio assimilables par les microorganismes dans des conditions de dioxygène, de température, d’humidité et de lumière bien particulières. Si vous prenez le même sac plastique, et que vous le mettez sur la terre, dans du sable ou dans l’eau de mer, il ne se biodégradera pas de la même façon, et mettra certainement plus de temps à se dégrader en mer, que sur terre. Car toutes les conditions optimales ne sont pas réunies Un matériau est considéré comme étant biodégradable s’il atteint 90% de biodégradation au bout de 6 mois ou moins.

Ensuite, un packaging compostable définit par cette norme, est adapté à l’utilisation d’un composteur industriel. Il ne s’agit donc pas d’un compostage fait maison. Quatre critères doivent être remplis pour déterminer s’il s’agit d’un produit compostable :
1 – La désintégration totale du matériau en particules biodégradables de moins de 2 mm au bout de 3 mois.
2 – Une qualité optimale du compost caractérisée par une très faible concentration en métaux lourds et une absence d’écotoxicité.
3 – Une stabilité des paramètres physico-chimiques après décomposition (concentrations en azote, phosphore, magnésium, potassium, pH).
4 – Le matériau dégradé ne doit pas avoir d’effets néfastes sur le compostage… En clair, ces conditions sont inimitables, ni chez nous, ni dans la nature.
Donc lorsque vous achetez un plastique compostable, vous ne pouvez pas le compostez à la maison. Attention au greenwashing.

Les types de plastiques

Ce qu’il faut retenir

Un produit compostable est biodégradable, mais l’inverse n’est pas vrai. Vous ne pouvez pas composter chez vous tous les produits biodégradables, ni compostables d’ailleurs comme vu précédemment. Une bouteille plastique biosourcé qui est biodégradable n’est pas forcément compostable. Elle doit être recyclée. La rapidité de la décomposition est très importante dans la définition de la biodégradabilité. Une bouteille en plastique met 400 ans pour se décomposer, elle n’est donc pas considérée au regard de la norme comme biodégradable. Une plante qui met que quelques semaines à se décomposer, est considérée comme biodégradable.
Enfin, lorsque vous trouvez ces termes, veillez à en comprendre le sens. L’utilisation du terme provient-il du sens commun, ou alors est-il entendu d’un point de vue de la norme ? A votre libre arbitre !

Découvrez également

Conseils

Les oriculis : comment faire le bon choix ?

Cet article s’adresse à vous, qui souhaitez faire le meilleur choix en matière d’oriculis et en toute connaissance de cause…

Lire la suite
Chroniques

Les Océans sans poiS(s)on : à quand un mode de vie zéro déchet ?

Voici comment simplement, et humblement, parvenir à des océans plus vivables !

Lire la suite
Conseils

Une cuisine Zéro Déchet : les 5 essentiels

Adeptes ou non du zéro déchet, les 5 produits présentés dans cet article sont quand même très pratiques…

Lire la suite